Reporting janvier 2016

Chers lecteurs,

le portefeuille, dans la lignée des derniers mois de 2015, cède en janvier 13,57%. Ne mâchons pas nos mots : celui-ci souffre atrocement de la chute des cours du pétrole et de l’inquiétude des marchés à l’égard des colossales dettes accumulées par les états du monde entier. Et soyons honnêtes, même si j’avais orienté mes derniers investissements vers les obligations afin de me protéger d’une crise que je pensais imminente (je ne me suis pas trompé à ce sujet), j’ai largement sous-estimé le pouvoir de l’Arabie Saoudite dans la guerre des prix du pétrole. Ainsi, les obligations de Chesapeake, qui représentaient une de mes premières lignes en novembre, ont vu leur cours divisé par 6 en trois mois, entraînant le portefeuille dans des profondeurs abyssales.

Pourtant, je ne vois pas d’obstacle qui empêcherait les prochains coupons d’être payés et les obligations à courte échéance d’être remboursées. Je ne suis pas du tout inquiet pour la suite. Plus globalement, il n’y a quasiment rien de neuf sur mon portefeuille :

  • Mes japonaises possèdent toujours autant de cash, ce qui me permet de dormir tranquillement ;
  • Mes minières aurifères, après une sévère traversée du désert, reprennent des couleurs suite à la remontée des cours de l’or ;
  • La transformation de Sears continue – même si celle-ci est à mon goût encore trop lente – et la décote sur sa valeur intrinsèque devient criante (Berkowitz, qui ne cesse de racheter des titres, l’estime à 147 USD après exercice des warrants, contre un cours de 15 USD ce jour) ;
  • Mes pétrolières souffrent mais sont extrêmement bien gérées et assises sur de beaux actifs leur permettant – j’en suis convaincu – de tenir le coup encore au moins deux ans dans une situation de crise ;
  • Mes financières américaines Bank Of America et AIG (via les warrants) gagnent toujours de l’argent.
  • General Motors (via les warrants également) a publié des résultats records (j’ai appris récemment que ces warrants constituent la deuxième ligne du portefeuille très concentré de Monnish Pabrai).

Mouvements du portefeuille

Voilà pour une rapide situation du portefeuille. Ces derniers temps, j’ai été légèrement actif, notamment avec des arbitrages dans le pétrole :

  • Constitution d’une ligne aufeminin au cours de 22,93 EUR. Cette boîte bien gérée, générant des retours sur capitaux excellents, en croissance ininterrompue depuis sa création, sans dette et leader mondial sur son marché se paie un prix ridicule. Un résumé d’analyse sera très prochainement publié sur le blog.
  • J’ai renforcé ma ligne d’obligations Vanguard à 15,25. Avec un coupon de 7,88 USD, le rendement facial est de plus de 50%. Or, la société s’étant – de ce que j’ai compris – suffisamment couvert en 2016 et 2017 pour payer ces coupons, modulo les impôts, je ne vois pas comment je peux perdre de l’argent sur cet investissement. A moins d’une grosse surprise, dans le pire des cas je ne perds rien, et dans le meilleur, je fais x7 en quatre ans. Mais mes derniers déboires sur le pétrole m’ayant appris à rester prudent et à investir par petites touches, je veille à ce que cette ligne ne soit pas trop grosse.
  • J’ai troqué ma ligne de titres Chesapeake contre des actions préférentielles (CHK.PRD). A mon cours d’achat de 14,74 USD, le rendement théorique était supérieur à 30%. Je précise que ces actions préférentielles sont convertibles et cumulatives : elles associent donc la propriété d’une part de l’entreprise (via la convertibilité, sans toutefois octroyer de droits de vote) et les coupons cumulatifs prioritaires sur les actions ordinaires (c’est-à-dire que même si les coupons ne sont pas payés, ils sont dus aux actionnaires) avec en plus la priorité sur les actifs par rapport aux actions ordinaires en cas de liquidation. Comme je l’explique ici, j’estime que ce choix est plus intéressant que les actions ordinaires et les obligations. Si je n’étais pas autant investi dans Chesapeake, j’achèterais des obligations 2017 ou 2018, compte tenu de leur faible risque et de leur rapport très élevé.

Suite à un gros apport en capital, chacun de mes comptes dispose au moins de 20% de trésorerie. J’ignore totalement si la folie des marchés va se poursuivre, ou si la raison va l’emporter. Autant je peux comprendre la méfiance des investisseurs envers les banques dans un contexte d’argent gratuit, autant je ne peux comprendre des massacres à la tronçonneuse contre des entreprises prospères qui publient des résultats records comme aufeminin, qui perd 10% le jour de l’annonce de ses profits. Je pourrais donc être partagé entre l’idée de faire « tapis » et taper dans les opportunités qui commencent à se bousculer, ou rester « tapi » en attendant des affaires encore meilleures. Mais je vais continuer à appliquer tranquillement ma méthode, à savoir acheter des entreprises qui cotent sous leurs actifs courants nets de toutes dettes (de préférence la trésorerie) ou des entreprises de qualité qui se payent quelques années de cash-flow, dans les deux cas l’endettement de ces entreprises restant un critère de choix. A ce jour, excepté les pétrolières (dont je possède trop de participations) et Sears, je ne vois pas de no brainer, ces investissements évidents comme je les aime bien, qu’on pouvait trouver à la pelle en 2009 et 2010. Alors je reste patient, et tant pis si les marchés remontent sans que je n’aie pu en profiter.

 

Ce contenu a été publié dans Reporting. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Reporting janvier 2016

  1. Olivier dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce reporting très détaillé

    Une question : vous indiquez qu’au cours de 14, 74 euros l action préférentielle avait un rendement de 30%, mais il me semble que l’action préférentielle de CHK ne donne plus de dividende maintenant, car CHK préfère garder cette somme pour la préservation du capital de CHK.

    Je me trompe?

    • Boris dit :

      Bonsoir Olivier.
      Vous avez raison, c’est une précision de taille que je’ai omis de faire : le dividende préférentiel a été coupé récemment afin de conserver de la trésorerie pour payer les coupons obligataires (j’ai précisément acheté les préférentielles le jour de cette annonce, alors que le cours perdait 10%).
      C’est pourquoi dans l’article je parle de rendement « théorique » de 30%.

      Merci d’avoir posé la question,
      Boris

  2. zendoi dit :

    Bonjour Boris,

    Pouvez vous donner le courtier par lequel vous avez pu investir sur les Chk-préférentielle? Binck ne veut pas les référencer
    Merci et bonne journée

    • Boris dit :

      Bonjour Zendoi,

      pour ce genre d’opération, je passe par Lynx, courtier néerlandais qui utilise la plateforme d’IB. On peut sans problème ouvrir un compte de France.

      Bonne journée,
      Boris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

62 + = 66