décembre 25, 2020

Les 8 citations de gourous qui m’ont le plus apporté

Parmi les choses que l’on apprend dans les livres traitant de l’investissement en bourse, il y a la technique comptable et la psychologie de l’investisseur. Si la connaissance de la première est importante, la seconde est fondamentale car je ne connais aucun investisseur qui ait réussi en bourse sans maîtriser les rouages de la psychologie de l’investissement. Pour certains chanceux, ces rouages sont innés alors que pour d’autres, ils nécessitent un long apprentissage, voire un délicat travail sur eux-mêmes impliquant une modification de leur manière de penser et d’agir. Ainsi, si n’importe qui peut parvenir à comprendre le langage comptable, la psychologie d’investissement peut rester étrangère à beaucoup pendant de nombreuses années, alors qu’elle repose sur quelques idées toutes simples.
Heureusement pour les investisseurs qui comme moi n’ont pas reçu dans leur jeunesse d’éducation financière, ces idées toutes simples sont facilement accessibles : on peut les trouver sous forme condensée dans les citations des gourous de l’investissement : la puissance d’une bonne citation c’est de véhiculer une idée forte et simple, facile à retenir et qui résonne dans la tête jusqu’à ce que son principe devienne un automatisme.

La blogosphère pullule d’articles recensant les citations des meilleurs investisseurs. Ce court article n’est pas une n-ième liste des citations de Warren Buffett ou de Charlie Munger. C’est une sélection stricte des citations qui m’ont aidé – et qui m’aident toujours – à devenir un meilleur investisseur en me permettant de lutter contre mes biais comportementaux.
Elles ne seront donc pas nécessairement utiles à chacun d’entre vous. Mais les lire ne vous fera pas de mal, et qui sait ? peut-être en adopterez-vous quelques-unes.


To finish first, you have first to finish.

Charlie Munger

Encore une phrase d’une très grande puissance, qu’il est difficile de traduire sans en diminuer l’impact mais dont l’idée sous-jacente est qu’à vouloir gagner trop ou trop vite, certains en oublient les règles fondamentales qui évitent la perte de capital. Charlie Munger, dans un autre contexte, relate l’histoire d’un investisseur qui avait accumulé 5 M$ et qui ne manquait de rien, mais qui en 2000 a vendu des PUT juste avant l’éclatement de la bulle informatique : il a tout perdu en quelques mois.
Implicitement, non sans faire allusion à la fable Le lièvre et la tortue, il nous rappelle que la tentation de gagner vite est forte, et qu’elle conduit trop souvent à une catastrophe. Cette citation rappelle deux composantes fondamentales du succès dans l’investissement :
– investir se joue à petits pas dans la durée (par la magie des taux composés)
– il est très facile de perdre tout son capital, et en conséquence tout investisseur doit d’abord penser à ne pas perdre d’argent avant de vouloir en gagner.


The investor’s chief problem – and even his worst enemy – is likely to be himself.

Benjamin Graham

Voilà une autre citation qui en dit long sur la composante psychologique de l’investissement et la nécessité de travailler sur soi-même tout au long de sa vie. Lutter contre ses intuitions est un combat de tous les jours que seuls les investisseurs les plus rationnels et les plus détachés de l’argent parviennent à mener victorieusement.
Cette citation m’a conduit à étudier sérieusement ce que l’on appelle les biais comportementaux, identifiés avec acuité par le psychologue et prix Nobel d’économie Daniel Kahneman. J’ai depuis pris conscience que notre cerveau peut jouer contre notre intérêt malgré nous et qu’il est indispensable de protéger de soi-même en se mettant des garde-fous, comme le suggère la citation suivante.


The way to maximize outcome is to focus on the process.

Seith Klarman

Cela peut sembler évident : investir avec méthode. Mais dans la pratique, qui le fait ? Le fait de le voir écrit, le lire, puis le relire, a fait que peu à peu je me suis fixé des règles que je m’efforce désormais de respecter au quotidien. Une méthode permet notamment de réduire drastiquement le risque de succomber aux principaux biais comportementaux (voir paragraphe précédent), comme le suggère Olivier Sibony, dans son excellent ouvrage à ce sujet. L’investissement dans la valeur, philosophie à laquelle j’ai adhéré assez tôt, est une première protection contre soi-même puisqu’elle dicte quand acheter et quand vendre.


Ultimately, nothing should be more important to investors than the ability to sleep soundly at night.

Seith Klarman

Cette citation est tellement vraie ! D’une part investir doit avant tout être un plaisir, le succès en étant une conséquence. Il ne doit donc pas être source de stress, ou alors, il ne faut pas se lancer dans l’investissement. D’autre part, si le stress ou la crainte de perte de capital ronge l’investisseur, c’est qu’il n’est pas sûr de lui, et donc qu’il a pris un risque mal mesuré. Il y a des chances que tôt ou tard cela se paye par une vente à perte.
Je l’ai malheureusement expérimenté plusieurs fois dans ma vie d’investisseur. Certains lecteurs s’en souviennent peut-être : j’avais acheté avec un léger effet de levier des obligations du géant Chesapeake. De mon point de vue, les obligations cotaient peu cher et je ne voyais pas comment je pouvais perdre de l’argent avec cet investissement. J’en ai acheté massivement. Quelques semaines après, le cours du gaz tombait sous ses plus bas historiques et le cours des obligations a chuté de manière vertigineuse. Bien que je me doutais que la situation ne pouvait être que temporaire, je m’étais mis dans une profonde situation de stress en raison du levier acquis. Ce stress m’a conduit à prendre de mauvaises décisions, qui ont eu comme conséquences de minorer la performance de l’investissement.
Depuis, je n’utilise plus le levier. Car même si je peux avoir raison dans mon investissement, les conséquences peuvent ne pas être complètement contrôlées.


Risk comes from not knowing what you are doing.

Warren Buffett

Voici la citation qui m’a le plus aidé et que je considère comme la plus importante de toutes. Elle porte deux enseignements fondamentaux :
– Le risque en bourse n’est pas ce que l’on peut lire dans les journaux spécialisés, ou entendre à la radio, à savoir la volatilité (ou le bêta). Cela n’a même rien à voir. La volatilité est justement l’alliée des investisseurs patients qui peuvent ainsi profiter de cours au plancher pour faire de bonnes affaires. Ainsi, en filigrane, Warren Buffett, dans cette citation, tord le coup à la notion de risque telle qu’introduite à Wall Street par la théorie des marchés efficients.
– Alors qu’est-ce que le risque ? Quand on se place du point de vue de l’investisseur, le risque est la perte de capital. Ainsi, dans cette citation, Warren Buffett explique qu’un investisseur qui ne prend pas le temps d’étudier comment son investissement pourrait mal tourner prend un risque de perte de capital.
Il est dommage que j’aie compris le sens de cette citation tardivement. Cela m’aurait évité de grosses erreurs, comme celle qui pour moi a été la pire de toutes : investir dans Sears. Contrairement à ce que je pensais, je ne comprenais pas dans quoi j’investissais. Non seulement mes décisions quant à cet investissement ont été catastrophiques, mais l’investissement a été un désastre. Désormais, avant chaque investissement, je repense à cette citation et me demande systématiquement si j’ai bien compris ce que je fais et si j’ai bien étudié les risques de perte de capital.


Read 500 pages every day. That’s how knowledge works : it builds up like compound interest.

Warren Buffett

Buffett, comme toutes les personnes qui réussissent vraiment sur le long terme, ne cesse d’investir sur lui-même en apprenant tous les jours. C’est surprenant de lire que les meilleurs investisseurs au monde continuent d’apprendre avec humilité. Cela m’a donc incité moi aussi à lire davantage. Et c’est ainsi que j’ai progressivement pris conscience de l’importance de la l’apprentissage continue dans l’investissement, avec une accumulation de connaissances, d’expériences et de raisonnements qui permettent de comprendre les liens, les interactions, ou les raisons qui expliquent pourquoi ce qui s’est passé s’est passé ainsi. Je suis encore loin des 500 pages par jour, mais je m’efforce de lire davantage de rapports annuels, de biographies, ou de livres sur l’investissement, et tout ce qui lui est connexe. En parallèle, je continue à pratiquer l’analyse de sociétés et à analyser mes erreurs. Comme le suggère Charlie Munger, j’essaie d’être plus avisé le soir au coucher que le matin au lever.


Very successfull people say no to almost everything.

Warren Buffett

Hé oui. Un de mes plus vilains biais est de ne pas être capable de faire des choix dans mes investissements. Une des conséquences est d’avoir un portefeuille possédant tant de titres qu’il m’est impossible de les suivre correctement. Une stratégie Buy and Hold, avec des titres de qualité exceptionnelle, permet, avec le temps, d’obtenir un portefeuille diversifié. Mais une stratégie purement value qui consiste à revendre les titres une fois que leur valeur intrinsèque est atteinte, nécessite de constamment suivre les sociétés afin justement d’ajuster cette valeur intrinsèque et déterminer le moment de vendre. Cela prend du temps et est donc incompatible avec un portefeuille très diversifié. J’ai donc appris avec le temps à me freiner dans mes achats, mais j’ai encore un long travail à faire sur moi-même pour arriver à une concentration raisonnable. La citation de Buffett m’y aide beaucoup.


Oustanding long-term results are produced primilarily by avoiding dumb decisions, rather than by making brilliant ones.

Warren Buffett

Et voici la dernière citation, qui donne une des clefs de l’investissement, en allant à contre-sens de ce que je pouvais croire à mes débuts : l’art d’investir est plus d’éviter les décisions qui conduisent à des résultats catastrophiques (comprenez pertes de capital) que de chercher des investissements complexes et juteux. Car il suffit d’un seul investissement complexe mal compris pour réduire à néant toute la richesse accumulée pendant des années. Cette citation ramène à la règle principale de l’investissement : ne pas perdre d’argent, car il est très difficile de le récupérer par la suite. Quand un investissement fait perdre 50% de son capital, il faut que les 50% restant fassent 100% pour retrouver la mise initiale !
Cette approche est fascinante et m’a rapidement éloigné des méthodes dites de « panier », notamment les paniers d’actions du secteur biotechnologique. Certains investisseurs considèrent pertinent de répartir leur capital dans une dizaine ou une quinzaine de « biotechs » en se disant que statistiquement, ils auront une chance de trouver un 20-bagger qui leur permettra au final d’avoir une jolie performance moyenne. La citation de Buffett va à l’encontre de cette pratique : ceux qui investissent dans un tel panier se sont-ils posé la question de connaître la probabilité que toutes leurs actions s’effondrent ? Je pense que non. Et pourtant, c’est la base de l’investissement, car cette probabilité est loin d’être nulle. Et si elle se réalise… l’investisseur est ruiné. C’est typiquement le genre de décisions que Warren Buffett cible dans cette magnifique citation.


Bien entendu, il existe bien d’autres citations pertinentes et pleines de sagesse. Mais ces quelques citations sont devenues pour moi des règles d’or que je n’enfreins sous aucun prétexte. Elles m’ont permis – et vont continuer – de me permettre d’éviter de grosses erreurs et donc d’augmenter ma performance sur le long terme. J’espère qu’elles vous seront également utiles. Je suis d’ailleurs curieux de savoir celles qui vous ont le plus marqué.

Billets similaires

Japon : profiter de la décote (I)

Faut-il souffrir pour être riche ?

En attendant le krach

Laissez un commentaire


Jerome Leivrek Annuler la réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. Merci Boris pour ce chouette article !

    "Oustanding long-term results are produced primilarily by avoiding dumb decisions, rather than by making brilliant ones."

    J'aime aussi toutes les citations liée au risque de perte définitive en capital. Là où cela m'a fait évolué, c'est dans l'acceptation de mes erreurs et leur reconnaissance plus ou moins rapide, sans tenir compte du PRU pour "se refaire".

    Savoir reconnaitre son erreur, prendre sa perte la plus minime possible et passer à autre chose.

    Mais savoir aussi faire la différence entre une moins value latente à court terme liée à la simple volatilité du marché, de la moins value liée à une erreur de jugement (et donc probablement une MV long terme…).

    Alors qu'avant j'avais tendance à garder mes pertes quasi totales au cas où cela reparte un jour, j'accepte aujourd'hui de prendre ma perte à -90% pour récupérer des poussières (et matérialiser la MV fiscale) quand j'estime qu'il y a beaucoup plus de chances d'aller à zéro que de rebondir. Heureusement ces cas sont rares, cette année ils sont surtout la conséquence du COVID.

    Les clopinettes c'est mieux que zéro, et ça fait aussi des intérêts composés à long terme.

    1. Tout-à-fait d’accord avec toi Étienne.
      Apprendre de ses erreurs ou de celles des autres permet également d’éviter de grosses pertes de capital. Cela peut paraître évident, mais c’est toujours utile de le rappeler pour ne pas l’oublier et le mettre en pratique.
      Investir en bourse, c’est beaucoup savoir se discipliner. On le lit trop peu souvent. Merci !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}