Sanshin Electronics, décote au pays du soleil levant

Notre chasse aux net net japonaises continue, profitant d’aubaines engendrées par la crise que connaît le Japon depuis plus de 20 ans.

Présentation

L’entreprise que nous vous proposons aujourd’hui est Sanshin Electronics, cotée à Tokyo sous le code 8150. Créée en 1951, Sanshin conçoit et fabrique des semi-conducteurs et des composants électroniques (essentiellement pour la mobilité). Elle s’est récemment diversifiée dans l’édition de solutions logicielles pour l’entreprise (imagerie, ERP et réseau). Ses clients, très variés, sont des assembleurs (parmi lesquels on peut noter les grands noms de l’électronique japonaise comme Nintendo, Sony, Toshiba ou Sharp) , des hôpitaux, des journaux, des écoles publiques…

Situation

Présente au travers d’une dizaine de filiales dans toute l’Asie et aux Etats-Unis, la société développe un chiffre d’affaires de 688 M€ pour une capitalisation de 160 M€. Il est important de noter que même si la crise de 2008 a entamé la rentabilité du groupe, celui-ci n’a pas perdu d’argent sur les cinq dernières années et un dividende a été versé à chacune de ces années (à hauteur de 20 JPY). Les derniers résultats (publiés en septembre 2013) sont bons, soutenus par la baisse du yen et la hausse de la demande en mobiles et tablettes. La direction n’exclue pas un deuxième semestre de moins bonne facture.

Valorisation

Sur la base des bénéfices, avec un PER de 14, l’entreprise n’est pas donnée. D’autant plus que la rentabilité est très faible (le ROE est inférieur à 3%). Cependant, l’entreprise, dont la rentabilité semble fortement corrélée à l’économie américaine, a de grandes chances de profiter d’une croissance qui se dessine aux USA. C’est du moins ce qu’a laissé entendre le PDG du groupe. Au regard du chiffre d’affaires, l’entreprise semble du coup sous-cotée, avec un P/S de 0,23.

Sur la base du patrimoine, l’entreprise est bradée, comme l’attestent les chiffres suivants :

  • VANNR : 1100 JPY
  • VANN : 1859 JPY
  • VANT : 2072 JPY
  • Ratio de liquidité : 2,49 (contre 3,36 il y a un an)
  • Solvabilité : 63,11%

Au cours de 785 JPY, le titre décote de 30% par rapport à sa VANNR et de 59% par rapport à sa VANN. Il est important de noter que les deux tiers des actifs courants sont constitués de créances (cela ne nous inquiète pas pour le moment), et que les stocks ont été réduits du tiers sur un an glissant.

Conclusion

Au cours de 766 JPY, cette net net qui opère dans un secteur ultra concurrentiel parvient à gagner de l’argent et à présenter un bilan très sain. Elle semble de surcroît bien positionnée pour profiter de la reprise économique américaine, surtout si le yen reste aussi faible (ce qui manifestement est très probable). Si cela ne se produit pas, et que le cours ne décolle pas, il ne faut pas oublier que l’entreprise étant bénéficiaire, la décote sur la VANT augmentera avec le temps. Il y a de notre point de vue un très faible risque de perte en capital, contre un gain assez important. Cette asymétrie est très rare en ce moment sur les marchés occidentaux et c’est pourquoi nous avons profité de cette aubaine en constituant une ligne au cours de 771 JPY (frais compris). Notre objectif est la VANT, ce qui offre un potentiel de +170%.

Ce contenu a été publié dans Analyse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 2 =