Analyse

Explosifs et Produits Chimiques

Présentation

Explosifs et Produits Chimiques, société créée en 1893, est spécialisée dans la fabrication et la mise en œuvre d’explosifs.  Elle emploie aujourd’hui 1729 personnes par le biais d’une quarantaine de filiales dans le monde, pour un chiffre d’affaires de 310 millions d’euros. L’activité du groupe s’organise autour principalement de 3 pôles :

  • fabrication d’explosifs à usage civil (48% du CA). Le groupe est le deuxième producteur européen
  • forage-minage (21% du CA).
  • la démolition(16% du CA) : leader en France
  • autres, notamment vente de produits de scellement pour les secteurs de la construction et de la défense.

La répartition géographique du CA est la suivante : France et Benelux (41,7%), Europe du Nord et de l’Est (36,9%) et autres (21,4%).

 Analyse de Explosifs et Produits Chimiques (EXPL ou EPC)

Ce qui nous a interpelé dans Explosifs et Produits Chimiques, c’est sa forte décote par rapport à ses fonds propres. En effet, pour un cours de 240 euros à la mi-août, ceux-ci s’élèvent à 638 euros par action. Soit une décote de deux tiers ! Il nous est apparu intéressant de nous pencher sur le bilan de cette société. Voici notre analyse (vous pouvez télécharger les détails des calculs ici).

– les immobilisations corporelles comportent essentiellement des terrains et des installations techniques. Nous comptabilisons les terrains à leur valeur d’achat à laquelle nous appliquons une décote de liquidation de 10%. Les installations sont comptabilisées nettes et décotées de 25%. Les autres immobilisations corporelles sont comptabilisées pour 50% de leur valeur nette. Nous obtenons un total de 504,8€/action

– les participations sont comptabilisées arbitrairement à 70% de leur valeur, soit 22,1€/action

– les impôts différés étant des actifs absolument tangibles, nous les ajoutons tels quels, soit 54,5€/action

– les autres actifs non courants sont comptabilisés arbitrairement à 50% de leur valeur, soit 0,6€/action

– le poste Clients ayant augmenté en 2010, nous ne le comptabilisons que pour 80% (net des provisions), soit 647,5€/action

– les stocks étant en forte baisse sur l’année, nous les comptabilisons avec une décote de seulement 10%. Nous comptons 155,9€/action.

– Nous reprenons la trésorerie telle quelle, évidemment, pour 218,4€/action.

– Les participations et autres actifs courants sont décotés de 70% et 50%, par principe et nous ajoutons 47,6€/action.

– les crédits d’impôts sont ajoutés tels quels, soit 4,2€/action

La valeur liquidative de Explosifs que nous obtenons est de 323,2€/action.

 Conclusion

  • Explosifs et Produits Chimiques est une société qui est bénéficiaire depuis plus de dix ans, à l’exception de 2008, où les comptes ont été très largement plombés par une vilaine affaire de comptes d’une filiale suspects. Malgré cette lourde erreur, nous pensons qu’il s’agit d’une société sérieuse et solide, au bilan très sain.
  • Au cours de 240 euros, son PER estimé 2011 est de 4,2.
  • Son ratio de solvabilité est de 40,3%.
  • Sa valeur liquidative est de 323 euros, soit 35% au-dessus du cours actuel.

Le cours du titre fait du surplace depuis deux ans. Mais nous envisageons un doublement de manière à atteindre son plus haut sur les dix dernières années. Nous plaçons donc notre objectif à 470 euros, avec un objectif intermédiaire de 350 euros.

A Paris, des titres de la société peuvent être achetés sous le code EXPL et EPCP. Le deuxième titre correspond aux parts du fondateur, donnant droit à davantage de dividendes.

9 thoughts on “Explosifs et Produits Chimiques”

    1. Bonsoir Fred,
      ECPCP cote en effet sous sa valeur intrinsèque et peut faire l’objet d’un achat. Mais ce n’est peut-être pas la valeur à privilégier pour constituer sa première ligne, car à notre avis, c’est une valeur qui prendra son temps pour revenir à un cours décent. La décote est régulière, tout comme les résultats. Et il ne se passe pas grand chose sur le titre… Mais à titre d’information, ECPCP est une de nos plus grosses lignes (5,40% du portefeuille).

  1. Bonsoir,

    Merci pour vos analyses intéressantes. J’approuve totalement votre appoche et j »ai également une ligne Techniline.
    J’ai une question concernant votre analyse de EXPL .
    « La valeur liquidative de Explosifs que nous obtenons est de 323,2€/action. » Pourquoi ne retranchez vous pas les 1194euros de dettes par actions ?

    Je possède également des Daubasses US/Canada, je suis positionné sur Avalon et fibrek. Quel sont vos principale lignes ?

    Merci

    1. Bonsoir Marc,
      merci pour vos encouragements. Pour répondre à votre question, voici un résumé des calculs. Ceux-ci sont exprimés en euros par action :
      – Actif non courant retraité : 582€ (I)
      – Actif courant retraité : 917€ (II)
      – Dettes nettes : 1166€ (III)
      Ce qui fait une valorisation de : (total actif retraité – dettes) = I + II – III = 582 + 917 – 1166 = 333€.

      Parmi nos valeurs « mégots de cigare », trouvées par « nos soins », vous pouvez noter :
      – NSC Groupe, qui représente encore un potentiel d’environ 50%.
      – Gévelot, une de nos favories, mais dont le potentiel ne représente plus que 20%.
      – Plastivaloire, qui peut encore pratiquement doubler.
      – HF Company, dont nous estimons le potentiel à environ 100%. Nous publierons certainement un article à ce sujet bientôt.
      – Latécoère, même si c’est très fragile, possède encore un potentiel de 25%.
      – Montupet, qui ne cesse de remonter, peut aller jusqu’à 8€ (35%).
      Nous possédons des lignes sur des dossiers plus compliqués comme FFP, IDI ou Altamir Amboise, d’évaluation plus difficile. Nous arrêtons la liste ici, mais il y en a d’autres.

      Nous ne trouvons plus beaucoup de titres massacrés comme il y a six mois. Aussi puisons-nous dans l’extraordinaire vivier des « Daubasses ». Et en effet, nous possédons une ligne Avalon (mais nous ne connaissons pas fibrex). Nous sommes donc preneurs de toute idée… En avez-vous à proposer ?

      Bonne soirée.

  2. Bonjour,

    Merci pour EXPL , j’ai lu rapidement , (OK pour la valeur brut des terrains / bâtiments)

    Actuellement je possède 3 sociétés de la liste daubasses dont Gevelot qui a encore du potentiel.
    J’ai également une société allemande: Biolitec AG dans le domaine médical.
    J’ai calculé 48% de marge de sécurité sur la VANN et 74% sur la VMLV. La bilan est très sain, 7.7% de gearing , 97% de solvabilité, current ratio 7.2.

    Le reste de mon portefeuille sont des sociétés « value », pas des daubasses.
    Tessi
    Iberpapel
    ….

    J’ai regardé pour HF, j’ai pas trouvé d’actifs corporels cachés…
    Vous valorisez les actifs intangibles (r&D ect..) ? Ou autres choses que je n’ai pas vu ?

    A bientôt

    1. Bonjour Marc, merci pour votre réponse.
      Jamais entendu parlé de Biolitec, mais les chiffres que vous mentionnez sont impressionnants. Avez-vous déniché un rapport annuel récent ?
      Nous nous efforçons de coller au plus près possible des principes de Ben Graham, et n’achetons presque exclusivement que des valeurs massacrées. L’approche « value » classique nous semble demander plus de temps et d’analyse que nous ne disposons. Néanmoins, Tessi est une société très bien gérée, avec beaucoup de potentiel. Mais elle n’est pas au prix « mégot de cigare »…
      HF Company est une société bénéficiaire depuis plus de six ans, et peu endettée. Sa valeur à la casse se situe de mémoire aux alentours de 6~7 euros, ce qui ne nous offre pas de décote. En revanche, le calcul de sa valeur de capacité bénéficiaire donne environ vingt euros. C’est ce qui nous a incité à en acheter … beaucoup. Est-ce bien raisonnable ? Nous pourrons en reparler.

      A bientôt et bon dimanche.

  3. Bonsoir,

    Pour Biolitec les marges on été calculées avec les dernier rapport en date Mar 31 2011. Le société tarde à publier , je sais pas ce que ça signifie…
    Avez vous déjà rencontré un cas similaire ?

    « biolitec AG: The publication of the group’s annual financial statement 2010/2011 has to be postponed
    Jena, October 28, 2011 – biolitec AG, Jena, listed in the Prime Standard of Frankfurt stock exchange (ISIN DE0005213409), has to postpone the publication of the group’s financial statement 2010/2011.
    The final presentation is delayed by changed formalities as well as considerably more time-consuming coordination processes for worldwide consolidation according to IFRS (International Financial Reporting Standards).
    Due to this, the date of the Annual General Meeting is expected to be postponed as well. »

    Je viens de revoir ce mail de mon courtier:.
    Il y a une offre de rachat sur les actions Biolitec AG, les actionnaires pourront apporter leurs titres à l’opération contre 1.70€ par action Biolitec AG détenue.
    Date de livraison / Paiement attendu : ouvert »

    D’après ce que j’ai lu sur leur site ils rachètent 500 000 actions pour annulation.

    A bientôt

  4. Le cours est actuellement assez bas, sans atteindre le record du dernier krach.

    On a une décote sur le bilan en creusant sur les actifs immobiliers (je préfère oublier les histoires d’impôts différés). Je trouve moins, mais j’ai calculé rapidement (le lien ne donne plus accès au fichier avec le détail). Attention pour les histoires de stocks, car même si ça peut se monnayer facilement, le stock d’explosifs coûte cher : il faut avoir des autorisations en règle, un gardiennage, des personnes habilités, etc…

    Ce qui m’inquiète plus, c’est le redressement du compte de résultat.

    J’ai l’impression que la concurrence est plus forte sur ce secteur depuis les cinq dernières années (on vend moins cher, donc le résultat diminue…).

    De plus, la demande n’a pas l’air d’être au beau fixe. Les plans de rigueur ont réduit les investissements des grands donneurs d’ordre (comprendre annulation ou décalage de grands projets). On peut penser aux LGV en France par exemple, si une se décale, l’entreprise ne vendra pas ses explosifs et ne pourra pas proposer sa prestation de minage.

    Attention aussi, le minage peut se faire facilement du côté des clients (entreprise de TP type Vinci ou Bouygues), tout comme une partie de la production d’explosifs (si grands projets – exemple le nitrate fuel).

    Ainsi, le titre pourrait être sympa. On a une petite décote sur le bilan (actifs immo), mais j’ai peur que si le compte de résultat ne s’arrange pas, le titre le décollera pas réellement.

    La croissance pourrait se trouver à l’export… ?

    1. Bonjour Super Pognon. Merci pour votre commentaire. Le titre est en effet peu volatil, et les rares mouvements que nous observons sont à la baisse. Vous avez mis le doigt sur le problème majeur de cette entreprise : ses résultats. Il nous est toujours difficile de prévoir les bénéfices futurs, mais nous avons dans l’idée de patienter jusqu’à la reprise du secteur, afin de voir si EXP parvient à revenir à ses niveaux de vente d’avant la crise. Nous avons des garanties nous permettant d’attendre.
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 1