Analyse

Techniline, du multimédia à moitié prix

Présentation

Le groupe Techniline, créé en 1967, emploie 43 salariés, pour un chiffre d’affaires 2010 de 39,4 millions d’euros. Il est spécialisé dans l’importation et la distribution de matériel photographique, audiovisuel et de cinéma. Techni Ciné Phot, son unique filiale, est reconnue comme le premier importateur et grossiste français du secteur.

Son chiffre d’affaires, tout comme son cours de bourse, décroît régulièrement chaque année, et son résultat se situe dans le rouge depuis trois ans. Pourtant, nous considérons qu’avec un cours de 0,40€, Techniline est à un prix d’achat. Voyons tout cela en détail.

Analyse de technline (ALTEC)

En tant qu’investisseurs dans la valeur, ce qui nous a interpelé dans le bilan de Techniline, c’est que ses fonds propres sont près de 2,5 fois supérieurs à sa capitalisation. Après un rapide calcul nous obtenons que sa valeur d’actif net net est de 0,76€ par action en 2010.

Nous avons donc avec Techniline un vrai mégot de cigare, donnant une marge de sécurité de 53% au sens de Ben Graham. Mais ce qui nous intéresse vraiment, c’est sa valeur à la casse. Nous vous proposons en téléchargement les bilans simplifiés du groupe consolidé Techniline pour les années 2009 et 2010.

– les immobilisations corporelles sont uniquement des installations techniques, très amorties. Nous n’appliquons que 10% de décote, et comptons 0,053€/action

– les participations et autres actifs non courants sont comptabilisés arbitrairement à 90% de leur valeur, soit 0,244€/action

– le poste Clients ayant diminué en 2010, nous comptabilisons 90% de ce poste net des provisions, soit 1,033€/action

– nous avons une légère inquiétude sur les stocks, qui sont en augmentation. Compte tenu de la haute technologie des produits vendus par Techniline, nous appliquons une décote de 25% sur la valeur nette des stocks. Nous comptons 0,553€/action.

– Nous reprenons la trésorerie telle quelle, évidemment, pour 0,884€/action.

– Les participations et autres actifs courants sont décotés de 10%, par principe et nous ajoutons 0,305€/action.

En faisant la différence de la somme des actifs (2,28€/action) et de la dette (1,55€/action) nous obtenons notre valeur à la casse de 0,73€ par action.

Perspectives

La baisse régulière du chiffre d’affaires peut décourager. Cependant, les perspectives annoncées par la direction sont plutôt positives, avec un très bon début d’année 2011. De plus, une idée de retrait de la cote a émergé en interne. Si cette idée venait à se concrétiser, le cours pourrait flamber et dépasser le montant des fonds propres par action (1,06€). Enfin, il est intéressant de savoir que la société a nanti  ses engagements financiers à la hauteur de 2.500.000€, soit 0,42€ par action. Ce qui laisse penser que la direction a bien conscience de la valeur de son entreprise.

Conclusion

Avec Techniline, à un prix de 0,40€ nous jouons la recovery, avec une marge de sécurité de 53% sur sa valeur à la casse. Avec un ratio de solvabilité de 42%, nous sommes à l’abri de mauvaises surprises. Il faudra rester prudent cependant car la valeur d’actif net a tendance à baisser au fil des ans. Nous tablons sur un premier objectif de 0,8€ d’ici un an. La suite dépendra des résultats 2011.

2 thoughts on “Techniline, du multimédia à moitié prix”

  1. bonjour,

    Je possède encore du techniline dans mon portfeuille avec une moins value de -48% au cours de ,28e affiché chez mon brocker. Savez-vous ce qui est possible de faire de ces actions et quelle est leurs valeur réelle.

    merci pour votre aide

    bien cordialement,

    1. Bonsoir Osmani,
      la direction de Techniline n’est pas spécialement loquace, et les informations tombent au compte-goutte. Cependant, nous avons pu « glaner » quelques nouvelles intéressantes.
      Tout d’abord, si cela peut vous rassurer, l’entreprise est encore bien décotée par rapport à ses actifs (même si nous ne pouvons pas le quantifier à cet instant précis, faute de données fiables) malgré les pertes de l’exercice précédent. Ensuite, la nouvelle direction (vous n’ignorez pas que le fondateur a été évincé) a donné un grand coup dans la fourmilière en vendant la division « audiovisuel ». Cela a permis de conserver une trésorerie nette assez stable, même si les fonds propres ont bien fondu. Et puis le nouveau PDG se veut très optimiste (peut-être trop, d’ailleurs) en tablant sur une croissance organique de 20% en 2013, en raison d’un recentrage sur le haut de gamme. Ceci combiné à de gros efforts d’économie entrepris depuis plusieurs mois dans le cadre d’une restructuration, il estime pouvoir atteindre l’équilibre cette année.
      Nous espérons vous avoir apporté les éléments suffisants à votre propre décision et vous remercions de votre question.

      Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *